Tables Rondes | Dimanche

Ce 7e cycle de tables rondes des Intergalactiques de Lyon met à l’honneur la représentation des femmes dans la Science-fiction.

Dans l’esprit des croisées des univers prisé par le festival, découvrez nos intervenant.e.s et les sujets qu’ils auront à affronter pour ce weekend aussi riche en rencontres qu’en enseignement.

DIMANCHE 22 AVRIL 2018

Salle Le Karbone

———-

11h : Et l’héroïne dans le cinéma de Science-fiction bwalors ?

De Barbarella à Furiosa, en passant par Ellen Ripley, Sarah Connor, Wonder Woman et tant d’autres… le cinéma de Science-fiction n’a pas manqué d’inscrire dans la culture populaire de nombreuses figures féminines qui ont marqué leur époque.
Mais ne confondons-nous pas héroïnes badass & féminisme ? Ou au contraire ces icônes de la pop-culture ont-elles permis de faire évoluer l’histoire du cinéma ?
Avec Amazing Lucy, Ginger Force, Florence Porcel, Le Cap’tain du Nexus VI & Le Fossoyeur de Films. 
Modération : Jim Barnett & Mathilde Démaret

——

14h : Qui écrit et pour qui ?

La science-fiction a souvent été considérée comme un genre littéraire écrit pour des hommes, par des hommes. Pourtant, l’expérience d’auteures comme de lectrices viennent contredire cette vision.
Une table-ronde où les écrivain-e-s échangeront sur leur pratique d’écriture.
Avec Luce Basseterre, Sabrina Calvo, Sylvie Denis, Mélanie Fazi & Luvan.
Modération : Li-Cam.

——

15h30 : Utopie, dystopie, contre-utopie : Penser l’émancipation ou inverser le rapport de forces ?

Des dystopies comme La Servante écarlate aux utopies égalitaires comme celles de Ursula K. Le Guin, en passant par la présentation de sociétés inversant le rapport de force avec Pollen de Joëlle Wintrebert ou, plus récemment, Le pouvoir de Noemi Alderman.
Au contraire de matriarchies fantasmatiques et volontiers misogynes, où une domination se substitue unilatéralement à une autre, la science-fiction semble avoir les ressources pour penser des formes d’émancipation, et conjuguer son imaginaire à une lutte pour l’égalité de droits et de statut avec les hommes.
La discussion abordera ces différents courants par lesquels la littérature de science-fiction a cherché à dépasser les stéréotypes de genre, à dénoncer la domination des femmes, et à imaginer les conditions de leur émancipation.
Avec Sabrina Calvo, Joëlle Wintrebert, Alex Evans, Luce Basseterre & Maria Galina.
Modération : Donna Andréolle

——

17h : Féminisme & littérature jeunesse en SF : ces livres qui rendent actantes !

Une fois adultes, de jeunes lectrices déplorent le manque de modèle féminins forts dans les littératures de l’imaginaire. Mais assiste-t-on à une évolution ces dix dernières années avec l’essor de la littérature Young adult ou est-ce un effet de vitrine ?
Face à cette question : l’auteur-e jeunesse doit-il/elle être proactif/ve en ce sens, du fait de son public ? Est-ce là une “mission” que se donnent les écrivaines intervenantes ?
Avec Cécile Duquenne, Danielle Martinigol & Joëlle Wintrebert.
Modération : Audrey Singh & Betty Piccioli

Salle 2

———-

11h : Le thème du cyborg : pour un cyberféminisme ?

La femme-robot pourrait bien être un summum de l’objectification en science-fiction : automate sans vie intérieure, se voyant assigné à des tâches exécutées gratuitement et sans broncher, il est aussi le réceptacle idéal de tous les fantasmes.
Pourtant, les réflexions sur l’hybridation comme celles de Donna Haraway, qui fait d’un être mi-artefact, mi-organique, le support de nouveaux mythes féministes possibles, nous pousse à nous interroger sur cette figure à la croisée des des “natures” et des genres.
Avec Sylvie Lainé, Anne Larue & Li-Cam.
Modération : Anne Canoville

——

14h : Table-ronde de traductrices.

Qu’elles soient auteures ou non, de nombreuses femmes traductrices œuvrent dans les littératures de l’imaginaire.
L’idée est de discuter autour du travail spécifique de la traduction, en abordant, par ce prisme, la question du genre dans la langue.
Avec Sara Doke, Cécile Duquenne & Marie Surgers.
Modération : Audrey Singh & Betty Piccioli
 

——

16h : La place des femmes dans la saga “Dune” de Frank Herbert.

Dame Jessica, Alia, Iruan, Ghanima, Sheana, Darwi Odrade…. Autant de noms forts qui ont marqué à la fois les lecteurs et le jeux de pouvoir dans les six tomes que compte la saga Dune de Frank Herbert.
Du Bene Gesserit aux Honorées Matriarches en passant par le choc des différentes cultures, si certes la place des femmes n’est pas du tout sous-estimée par l’auteur, sont-elles toutefois au centre des enjeux politiques ?
Avec Li-Cam, Sylvie Denis & Sara Doke.
Modération : Jim Barnett & Anudar

 L’Estrade

———-

11h : A propos du recueil de nouvelles de SF chez Cambourakis « Bâtir aussi »

Par Ateliers de l’Antémonde
2011, les printemps arabes ont donné le ton à d’autres révoltes. Un mouvement mondialisé s’étend, c’est l’Haraka. Les productions industrielles, les États et toutes les hiérarchies vacillent. Des dynamiques populaires s’entrechoquent pour répondre aux nécessités de la survie et dessiner un futur habitable.
2021, les communes libres s’épanouissent sur les ruines du système. Comment vivre avec l’héritage de l’Antémonde ? Comment faire le tri des objets et des savoirs d’une époque aux traces tenaces ? Les haraks dessinent leur quotidien en fonction de leurs ressources et de leurs rêves. Des dynamos aux rites funéraires, des nouilles instantanées aux assemblées, la routine collective s’élabore pour bâtir un monde qui s’espère sans dominations.

——

14h : Le merveilleux-scientifique : une science-fiction à la française ?

Par Fleur Hopkins & Clément Hummel.
Si tout le monde connaît les petits hommes verts et les savants fous de la science-fiction américaine, on ignore souvent que dès la fin du XIXème des écrivains francophones se lancèrent eux aussi dans des récits d’invasions extraterrestres, de voyages intergalactiques et d’expériences contre-nature. Cette table-ronde propose de discuter de l’avènement d’une science-fiction à la française, incarnée par des auteurs comme Rosny aîné, Jean de la Hire et Maurice Renard, tout en s’interrogeant sur son héritage contemporain.
Quelle est cette science-fiction francophone imaginée au tout début du XXe siècle et comment se distingue-t-elle du mouvement inauguré par Hugo Gernsback en 1926 ? Que reste-il aujourd’hui de cet esprit merveilleux-scientifique ?

——

16h : Figures féminines et imaginaire post-apo

Par Raphaël Colson.
Viendra l’effondrement qui provoquera la chute de la civilisation et l’avènement du temps de la survie. Nul doute que la lutte entre rescapés sera terrible et inégale : fort de ses aptitudes physiques, l’homme s’imposerait aisément comme le chef et la femme n’aurait pas d’autre choix que de se soumettre. Mais voilà, l’héroïne de fiction a fait en sorte de se rebiffer contre cette destinée prédéterminée et elle mène depuis un combat de tous les instants pour s’opposer à la violence masculine et s’affranchir de la tutelle patriarcale. Avec succès, comme l’illustre les fictions de ces dernières années.
Dans ce combat, le réel s’est révélé être un allié précieux, car au fil des décennies, l’émancipation de l’héroïne a progressé parallèlement au cheminement libérateur de la condition féminine. Ajoutons à cela le fait que cette influence du réel s’est aussi jouée sur le terrain du discours, avec les générations d’autrices qui se sont succédées pour investir le champs de la fiction post-apo et proposer un autre point de vue dans le débat s’interrogeant sur l’humanité, sa société et leurs devenirs.

MJC MONPLAISIR
25 Avenue des Frères Lumière, 69008 Lyon ‎ | www.mjcmonplaisir.net | Entrée libre.

Abonnez-vous à notre newsletter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *